L’autre visage de la Thaïlande #2 : Chiang Khan

mekong

Après Bangkok, parlons de la raison de ce voyage qui était je vous le rappelle, découvrir la région de Loei dans le nord de la Thaïlande. Aujourd’hui je vais vous parler précisément de notre séjour à Chiang Khan qui est la partie du voyage que j’ai préférée.

Pas facile d’écrire cet article, j’ai tellement de choses à vous dire que je ne sais même pas par où commencer et c’était tellement fort en émotions que j’ai peur que mon article ne soit pas à la heuteur ce que j’y ai vécu mais quand faut se lancer, faut se lancer alors c’est parti !

Essayons de commencer par le commencement. Nous sommes partis de l’aéroport de Don Muang à Bangkok le matin et avons pris un avion Air Asia direction Loei où nous sommes arrivés 45 minutes plus tard.

plane

Chiang Khan est un petit village de 10 000 habitants de la province de Loei qui est situé sur les bords du Mékong, juste en face du Laos.

mekong

Ci-dessous, notre hôtel le Chic Chiangkhan hôtel (290 Moo 2 Soi 20 Chaikhong Road) avec une vue incroyable sur le Mékong.

chic

la vue de ma chambre d’hôtel

view

L’atmosphère la journée y est très paisible, les rues sont quasiment désertes, on n’y croise que quelques locaux. Ici, on a l’impression que le temps s’est arrêté dans les années 60, on n’y trouve que des maisons anciennes toutes en bois transformées pour la plupart en guest houses ou en boutiques mais tout est pratiquement fermé la journée ce qui explique le calme qui y règne.

chiangkhan3 peopletissagechickenchiangkhan4chiangkhan2

Ici, on se déplace principalement en vélo ou en skylab (tuk-tuk motorisé, ma nouvelle passion).

bikeskylab

chaussures Eponyme

eponyme

Ce n’est qu’en fin d’après-midi que le village qui avait l’air abandonné jusque-là se réveille, que les boutiques et les coffee shops ouvrent, que les stands de street food font leur apparition et que les touristes (thaïlandais car on n’a pas vu un seul touriste étranger de tout le séjour, dépaysement garanti et ça fait un bien fou) commencent à arpenter les rues de plus en plus nombreux. Lorsque le soleil commence à décliner, il fait un peu moins lourd et c’est aussi le meilleur moment pour enfourcher un vélo et sillonner la promenade aménagée qui longe le Mékong et profiter de cette lumière magique. Et ne manquez pas le marché de nuit, l’atmosphère y est si conviviale !

bicycle2 bicylemekong3

Côté nourriture, on peut manger typique un peu partout; on s’est par exemple régalé d’un bon petit-déj au restaurant en face de notre hôtel et on s’est gavé au marché local, de « pa thon ko » ces délicieux petits beignets dont je raffole.

breakfastbeignetmarket

Parlons maintenant un peu culture et traditions. Les Thaïlandais sont principalement bouddhistes, la religion joue donc un rôle central dans la vie communautaire. Les Thaïlandais sont d’ailleurs censés devenir moines au moins une fois dans leur vie même si ce n’est que pour une courte période et idéalement pendant l’adolescence. C’est une sorte de rite de passage pour devenir un homme (oui car les femmes ne peuvent en principe pas devenir moines). On peut être moine aussi longtemps qu’on le souhaite, que ce soit 1 jour ou toute sa vie (la durée la plus courante étant de 3 mois).

wat-pa-thai2wat-pa-thai4 wat-pa-thai3

Ceci explique pourquoi les moines sont si nombreux en Thaïlande, on en compte près de 200 000 et 85 000 novices comme celui sur la photo ci-dessous (les novices portent une toge blanche avant de pouvoir revêtir la fameuse toge couleur safran) !

monk2 monk3

J’ai eu l’occasion de participer à la cérémonie des offrandes aux moines, un moment unique et précieux pendant lequel je me suis sentie à la fois impressionnée et tellement reconnaissante de pouvoir vivre cette expérience hors du commun, moi qui ne suis pourtant pas une personne religieuse à la base.

Tous les matins au lever du soleil, dès que les moines peuvent apercevoir les lignes de leurs mains, ils sortent dans la rue et font le tour de la ville pour recevoir des aumônes. Les moines n’ayant ni le droit de gagner de l’argent, ni le droit d’en dépenser, leur vie ne dépend que de la générosité des habitants bouddhistes.

monkceremony

En silence, les bouddhistes s’agenouillent pieds nus sur un tapis de bambou devant leur maison et attendent l’arrivée des moines puis déposent dans leurs paniers une poignée de fruits secs, de biscuits etc (ici c’était du riz gluant) dans leurs paniers. Attention à déposer votre offrande dans le panier sans jamais effleurer le moine, surtout si vous êtes une femme. Les moines ensuite récitent une prière en recevant l’offrande pour remercier et apporter protection et prospérité. A midi, ils pourront profiter de leur dernier repas, le reste de la journée étant consacré à la méditation.

photo ci-dessous prise par Superchinois801

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je n’ai pas eu de problème à me lever aux aurores pour participer à cette expérience hors du commun, mais le lendemain alors que je pouvais dormir, disons que j’étais beaucoup moins zen lorsque je me suis fait réveiller avant 6h par des gongs. J’avais presque envie de faire comme Jean Dujardin et le muezzin dans OSS 117. XD

La cérémonie des offrandes aux moines n’est pas la seule expérience qui m’a marquée. Nous avons réalisé des « pa sad », des petits bateaux à base de bambou et de feuilles de bananier dans lesquels on glisse un bout d’un de nos ongles ou une mèche de nos cheveux et qu’on dépose ensuite sur le Mékong pour voir tous nos soucis s’éloigner avec. Un moment à la fois poétique et terriblement émouvant !

traditionpa-sad2pa-sadmekong2

Le village Ban Na Pa Nad :

Une autre expérience marquante a été la visite du village Ban Na Pa Nad où vivent des Tai Dam, une communauté ethnique minoritaire issue à l’origine de Chine et qui a ensuite migré au Vietnam puis au Laos et en Thaïlande. Ce qui est fascinant c’est que les Tai Dam ont su préserver leur culture, leur artisanat, leurs traditions et même leur propre langue à travers les générations, résistant au monde moderne qui les entoure.

taidamtaidam1

Nous avons eu l’occasion de porter les tenues traditionnelles, de jouer avec les enfants aux échasses (ou plutôt de se casser la binette), de danser mais surtout de beaucoup rire. Ils sont tellement espiègles et attachants.

20170322_101420

OLYMPUS DIGITAL CAMERA taidam2

Nous nous sommes ensuite rendus en tracteur vers un centre artisanal de confection de coton où les Tai Dam cultivent le coton, fabriquent des fils en fibre naturelle (photo ci-dessous) et tissent.

taidam3tissage

C’est beau non ? Je n’ai pas pu résister à repartir avec quelques unes de ces étoffes tissées sur place.

taidam7

Puis, nous avons ensuite goûté des plats traditionnels et confectionné des talismans colorés (Tum Nok Tum Nu) avec les enfants.

taidam8 taidam5 taidam4 taidam6

Enfin pour finir, voici quelques photos des habitants de Chiang Khan, des gens généreux, bienveillants et accueillants qui donnent envie de rester ici pour la vie !

farm

Oncle Phueak et son verger biologique

farm2people2 dog babyboykids

Alors qu’avez-vous pensé de Chiang Khan ? Je sais que j’en garderai un souvenir impérissable car j’y ai vécu une expérience à la fois spirituelle, culturelle et humaine. Merci à l’Office national de tourisme de Thaïlande de m’avoir permis de vivre de si précieux moments.

chiangkhan

10 Commentaires

Répondre à letiiza Annuler la réponse.

Laissez-moi un commentaire, j'adore vous lire